Véganisme, antispécisme et Occident…

A. est un jeune Soudanais réfugié en France. À même pas trente ans, il a fui deux pays à la situation politique chaotique, et traversé la Méditerranée au péril de sa vie. Mais je ne vais pas vous raconter sa vie, ce n’est pas à moi de le faire.

Je l’ai rencontré parce qu’il m’a demandé de lui donner des cours de français. Très vite, j’ai apprécié son immense gentillesse et nous sommes devenu-e-s ami-e-s. Mais surtout, nous nous sommes rendu compte d’un point commun entre nous : depuis tout petit-e-s, nous considérons les animaux comme des ami-e-s, ayant la même valeur que les humain-e-s, des êtres sensibles, avec qui il est tout à fait possible de parler*. Des êtres qui n’agressent personne si on ne les agresse pas. Et tandis que je jouais et discutais avec les vaches et mon ami renard, lui faisait pareil, à des milliers de kilomètres de là, avec les dromadaires et son ami boa (et avec les vaches aussi, ces belles vaches soudanaises aux grandes cornes)… Et tandis que je dors avec mes chiens, lui regrette le temps où il dormait avec le sien (ce que personne d’autre ne fait, dans le village où il a grandi). Son chien qu’il a dû quitter, en même temps que ses parents et tous ses proches… (D’ailleurs je me rends compte à quel point le spécisme est prégnant lorsqu’on s’intéresse à la cause des réfugié-e-s, puisqu’on prend en compte la difficulté et la douleur qu’il y a à quitter sa famille et ses ami-e-s humain-e-s, mais jamais la difficulté et la douleur de quitter sa famille et ses ami-e-s animaux.)

Un jour, je suis arrivée chez lui du temps de midi. Il a préparé à manger pour deux. J’ai dû lui expliquer que je ne mange pas de viande, pas d’animaux, et pas non plus de produits laitiers. Il m’a dit qu’au Soudan, il n’y a pas grand-chose à manger, alors refuser toute une catégorie d’aliments serait vraiment compliqué.
Quinze jours plus tard, il m’accompagne à l’arrêt de mon bus. En face, il y a une boucherie. « Ah oui ! C’est l’endroit où tu ne vas jamais ! » Et il me dit qu’il a bien réfléchi, et que très bientôt, il va sans doute faire comme moi : ne plus manger d’animaux.
Pas eu besoin d’argumenter, d’exposer toutes les bonnes raisons d’être végan, de lui montrer des vidéos d’élevages et d’abattoirs… Là où tant d’Européen-ne-s, et moi la première, ont mis des années à prendre conscience de la nécessité éthique de ne plus manger de produits animaux, A., il lui a suffi de savoir que c’est possible, et il a fait le chemin tout seul.
Soyons clair-e-s : ce n’est pas grâce à moi qu’il a eu cette prise de conscience. Il a l’a eue tout seul, ou plutôt il l’a eue grâce aux vaches, aux dromadaires, aux scorpions, aux serpents, aux chiens… qui ont peuplé son enfance. Notre rencontre n’a été qu’un déclic sur un long chemin de réflexion. Mais si tout le monde était comme lui, le monde entier serait antispéciste et végan (oui, même le Soudan, parce qu’un monde végan, c’est aussi un monde qui ne gaspille plus 75 % des terres cultivables pour nourrir les animaux d’élevage destiné-e-s à la production de viande, et donc un monde qui a suffisamment de ressources pour nourrir l’humanité entière décemment – enfin… à condition de mettre fin au néocolonialisme itou).

Le/la prochain-e qui me sort que l’antispécisme et le véganisme sont des préoccupations de riches Occidentaux/ales, je lui ris au nez. Bon, en vrai, je lui riais déjà au nez avant de connaître A., mais désormais je rirai encore plus fort.

 

 

 

*Non, la communication animale intuitive, ce n’est pas une sorte de délire new age sectaire et antiscientifique, mais je ne suis pas là pour vous le prouver. Tant pis pour vous si vous n’y croyez pas, c’est vous qui y perdez beaucoup, pas moi. Ce qui me fait le plus de peine, c’est de voir tant de gens se réclamer de l’antispécisme et nier la capacité de parole de celles et ceux qu’ils et elles prétendent défendre. Mais c’est un autre sujet, que je me ferai peut-être le plaisir d’aborder un de ces quatre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :